Un site de partage des livres gratuitement et sans censure

Rechercher votre Livre ici

vendredi 23 décembre 2016

Le Meilleur des mondes de Aldous Huxley

Le Meilleur des mondes de Aldous Huxley


Description de l'ouvrage



Le Meilleur des mondes de Aldous Huxley

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains sauvages dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des " Alphas ", génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd'hui, il nous paraît même familier...

Biographie :

Nationalité : Royaume-Uni 

Né(e) à : Godalming, Surrey , le 26/07/1894
Mort(e) à : Los Angeles, Californie , le 22/11/1963
Aldous Leonard Huxley est un écrivain britannique.
Huxley vient d'une famille qui a vu naître de nombreux scientifiques de renom. 
Lorsqu’en 1911, étudiant à Eton, il devient presque aveugle à 17 ans, son intérêt pour la science croît encore. Sa cécité n’est pas totale. Elle lui interdit cependant et de s’engager sur le front de la " Grande guerre " comme ses camarades, et de poursuivre les études scientifiques dont il rêve. 
Côtoyer des écrivains à Oxford le confirme en effet dans ses intentions littéraires. Son premier livre, un recueil de poèmes, paraît en 1916. En octobre 1928, il vient d’écrire "Contrepoint" lorsqu’il s’installe avec Maria, sa femme, et Matthew, leur fils, 3 rue du Bac à Suresnes près de Paris. Ils passent l’hiver 1929 chez D. H. Lawrence, à Bandol. Le 3 mars 1930, ils sont auprès de lui lorsqu’il meurt à Vence. Quelques jours plus tard, ils achètent, entre Sanary et Bandol, la villa Huley au Cap de La Gorguette.
En 1931, Huxley y écrit en quatre mois "Le meilleur des mondes", une utopie négative semblable à celle de "1984" d’Orwell. En 1939, année où il publie son roman "Jouvence", il part en famille en la Californie chercher d’autres remèdes à sa cécité et pousser plus loin son expérience de mysticisme et - à l’image de Michaux… ou de Philip K. Dick - son expérience des drogues (mais sous contrôle médical). 
L'annonce de sa mort par les média fut éclipsée par celle de John F. Kennedy, survenue le même jour, tout comme celle de l'écrivain irlandais C.S. Lewis. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Contactez-nous

Nom

E-mail *

Message *